Syrie : « Si je reste ... C’est pour l’Eglise de Jésus »

Le point sur la situation de l’Eglise en Syrie dans le cadre d’une série d’interview réalisée par Phare FM MONS. Un pasteur de Syrie sera présent au Week-End Annuel de Portes Ouvertes.

300x200FR : Nous prenons la direction de la Syrie, aujourd’hui, un pays qui brûle toujours ?
Dans ce pays, la situation ne fait qu’empirer et le cri des chrétiens d’Alep devient de plus en plus fort. En 4 ans de guerre civile, 63 églises ont été fortement endommagées ou même totalement détruites. Ces églises n’ont pas toutes été visées intentionnellement mais les témoins ont affirmé qu’à plusieurs reprises les églises ont été ciblées en raison de leur appartenance religieuse, les croix ont été abattues et brûlées et certaines églises ont même été réquisitionnées pour un usage militaire.

FR : Quel est le chiffre des chrétiens qui ont dû fuir le pays ?
CM : Nous estimons que 700.000 chrétiens ont fui le pays. Pourtant, des pasteurs font le choix de rester. Un pasteur éprouvé mais déterminé a écrit : «  Si je reste ... C’est pour l’Eglise de Jésus, pour que son message continue d’être une lumière qui guide ceux qui ont peur et qui sont perdus. Si je reste ... C’est parce que la moisson est grande... La souffrance est immense... Une plaie profonde, un sentiment de désespoir. Si je reste … C’est pour suivre l’exemple de mon Maître, qui faisait le bien autour de lui, qui guérissait tous ceux qui étaient sous la domination du mal. Si je reste, c’est parce qu’il y a beaucoup de travail, beaucoup d’âmes à sauver, comment quelqu’un dans ma situation pourrait-il partir ? Seigneur, donne-moi la force ! ».

FR : Comment les pasteurs réagissent-ils face à tant de pression ?
CM : Ce sont les questions qui seront abordées lors du Week-end annuel de Portes Ouvertes. L’an dernier, le pasteur Ibrahim avait dit lors du Week-end annuel de Portes Ouvertes : « Nous croyons que Dieu a un plan formidable pour notre pays et c’est Lui qui a le contrôle sur toutes choses. L’ennemi des âmes prévoit pour nous des plans de Malheur, de destruction mais Dieu les change en Bien. Je crois que tout ce qui se passe en Syrie, Dieu va l’utiliser pour la bénédiction de l’Eglise là-bas. Car Je crois que Dieu est Bon, que Dieu est Juste et que Dieu est fidèle. » Il avait ajouté : «  Nous, en tant qu’église, notre seul arme c’est la Parole de Dieu. Nous n’avons pas d’autres armes. ».

FR : Est-ce que  la plupart des chrétiens trouvent encore la force de s’accrocher à la Bible en Syrie ? Est- ce qu’ils veulent vivent le livre, est-ce qu’ils arrivent à le faire, alors que la guerre dure depuis 4 ans ?
CM : C’est de ces questions que viendra parler le pasteur Séraphim. Il sera présent au Week-end annuel du 31 octobre au 1er novembre 2015.  Ce pasteur œuvre depuis 1997 dans ce pays. Il fait partie du réseau de partenaires avec lesquels Portes Ouvertes travaille à l’intérieur de la Syrie.

FR : La Syrie, c’est particulier pour ce personnage biblique Saul qui par la suite est devenu Paul, un persécuteur devenu chrétien ?
CM : Oui, c’est vrai. En Syrie, Saul, le persécuteur est devenu chrétien. Aujourd’hui l’ensemble de la communauté chrétienne ploie sous la pression d’une guerre qui semble interminable, mais l’espoir demeure. Alors, ne manquez pas le Week-end Annuel, le pasteur Séraphim sera présent ainsi que plusieurs autres orateurs des points les plus chauds de la planète. Ensemble, ils viendront parler de l’œuvre de Dieu dans la fournaise.

FR : Pour ce week-end, tout est prévu pour le plus grand nombre, notamment des bus ?
CM : ces bus partiront de Strasbourg, Valence et Lyon . Alors  ne manquez pas de venir en famille, tout a été prévu pour  transmettre la flamme des cœurs pour l’Eglise persécutée à la nouvelle génération.