Nigéria : «J’ai perdu une véritable compagne»

Eunice était évangéliste, elle a été assassinée en raison de sa foi. Bouleversé par cette nouvelle, le pasteur Olowale, son mari, garde les yeux fixés sur Jésus-Christ.

300-Radio16-sem32-Nigeria«J’ai perdu une véritable compagne», déclare le pasteur Nigérian Olowale. Le 9 juillet dernier, sa vie a entièrement basculé lorsqu’il a appris l’assassinat de sa femme alors qu’elle évangélisait en pleine rue.

Eunice avait pris pour habitude d’évangéliser le matin. La veille de son assassinat, elle avait prié et loué Dieu avec son mari toute la nuit. « Je ne savais pas que c’était la dernière fois que nous priions ensemble », précise Olowale.

Des appréhensions avant le drame

Pourtant, il était inquiet depuis quelques temps suite à la visite d’un homme venu demander de l’argent à Eunice. Lorsque ses fils sont venus lui apprendre qu’une femme a été assassinée alors qu’elle prêchait, il s’est aussitôt rendu sur les lieux du crime et à découvert le corps de sa femme. Le choc fut terrible.

Même si Olowale est dévasté par cette nouvelle, il déclare : « Je sais qu’Eunice est décédée alors qu’elle faisait ce à quoi elle a été appelée. » Il ajoute : « Ma femme est morte en prêchant l’Evangile. Elle vivait pour prêcher l’Evangile. Prêcher l’Evangile faisait partie de sa vie et elle faisait en sorte de partager la Parole de Dieu avec au moins une personne ou un groupe de personne par jour ».

Pardonner aux assassins

L’époux de la défunte est déterminé à réagir de façon à honorer Jésus-Christ. Peu de temps après l’assassinat, il a déclaré aux médias qu’il fallait pardonner aux assassins même si ces derniers sont arrêtés et qu’il priait afin que ces personnes deviennent chrétiennes. Le dimanche qui suivit le meurtre d’Eunice, il a donc encouragé sa congrégation à persévérer dans le partage de l’Evangile.

Le pasteur Olowale témoigne de la façon dont Dieu console sa famille. Lui-même a été encouragé par un verset de la lettre aux Colossiens dans la Bible qui précise : « Christ en vous, l’Espérance de la Gloire ».