Asie : soutenue par le psaume 23

Avant de devenir chrétienne, Ma Thay a persécuté sa mère à cause de sa conversion au christianisme. Plus tard, elle connut à son tour la persécution par son mari et ses enfants.

Radio17-sem46-Asie-460Ma Thay a 56 ans. Elle a grandi dans une famille bouddhiste. Profondément convaincue par la religion de ses parents, elle a choisi d’épouser un homme partageant la même foi qu’elle. Ensemble, ils eurent quatre enfants dont deux filles et deux garçons.

Ma Thay est devenue chrétienne suite à la conversion de sa propre mère. Au début, elle accablait de reproches sa mère et lui reprochait de s’être détournée de la foi bouddhiste. Elle se souvient : « Je suis allée la voir à plusieurs reprises pour lui faire des reproches mais au bout de quelques temps, c’est finalement moi qui suis devenue chrétienne. Mon jeune frère n’avait pas du tout apprécié la conversion de ma maman. Il a détruit sa maison afin que l’eau y pénètre lors de la pluie. Il a brulé ses vêtements et il a même détruit quelques-uns de ses meubles. Un jour, il a jeté dehors tous les vêtements de ma mère et lui a dit de quitter la maison. »

Abandonnée par ses enfants

Et puis ce fut au tour de Ma Thay d’affronter la persécution. Son mari était parfois en état d’ébriété et la battait. Une fois il l’a frappé avec une pompe à vélo jusqu’au sang. Ma Thay a également été abandonnée par ses enfants. Ils lui demandaient de renier sa foi. Sa fille aînée n’a pas souhaité l’inviter à son mariage. Aujourd’hui, le contact a été rétabli, l’un de ses fils est lui aussi devenu chrétien. Ma Thay continue à prier pour sa famille.

« L’Eternel est mon berger »

Ma Thay est illettrée mais elle a souhaité apprendre par cœur le psaume 23 : « l’Eternel est mon Berger : je ne manquerai de rien. Il me fait reposer dans de verts pâturages, Il me dirige près des eaux paisibles. Il restaure mon âme, Il me conduit dans les sentiers de la justice, à cause de son nom. Quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort, je ne crains aucun mal car tu es avec moi. Ta Houlette et ton bâton me rassurent. Tu dresses devant moi une table, en face de mes adversaires ; tu oins d’huile ma tête et ma coupe déborde. Oui, le bonheur et la grâce m’accompagneront tous les jours de ma vie, et j’habiterai dans la maison de l’Eternel jusqu’à la fin de mes jours. »