Djibouti

A Djibouti, la tolérance dont bénéficiaient les chrétiens s’érode de plus ne plus.

Contexte

djiboutiDjibouti est un petit pays musulman rongé par la pauvreté. La présence de troupes étrangères et l'investissement étranger dans le domaine de l'énergie permettent au gouvernement d'empêcher les forces extrémistes de s'attaquer aux étrangers qui vivent ou investissent à Djibouti. C'est peut-être pour cette raison que Djibouti a pu, jusqu'à présent, empêcher la persécution ouverte de la minorité chrétienne.

Comme c’est le cas dans d’autres pays d’Afrique orientale et notamment au Yémen et en Somalie qui sont géographiquement proches de Djibouti, l’extrémisme islamique progresse dans la société. Cette radicalisation inquiète même le gouvernement, qui s’est mis à surveiller étroitement les prêches des imams et les activités des mosquées. Bénéficiant d’un bon emplacement stratégique dans le Golfe d’Aden, Djibouti est un point de transit pour beaucoup de djihadistes et leur passage dans le pays laisse des traces. Le régime du pays est de nature totalitaire.

Plusieurs pays de la région exercent une forte influence :

  • L'Arabie saoudite, en construisant des écoles islamiques et en soutenant financièrement les communautés religieuses musulmanes locales;
  • Le Yémen, situé de l'autre côté de la mer Rouge, avec qui Djibouti a des liens culturels, familiaux et religieux, et qui accueille Al-Qaïda dans la péninsule arabiqu
  •  La Somalie : la plupart des Djiboutiens sont somalis et les shebab pourraient faire appel à eux car ils ont déjà essayé de gagner des voix à Djibouti ces dernières années.

Sources de persécution

La principale source de persécution à Djibouti est le totalitarisme combiné à l'extrémisme islamique. L'islam sunnite est la principale branche de l'islam dans le pays (95% de la population).

Les chrétiens d'origine musulmane subissent de fortes pressions de leur famille et de leur communauté. Dans les pays à majorité musulmane de l'Afrique subsaharienne, quitter l'islam est un stigmate social insurmontable. Les citoyens djiboutiens qui se convertissent au christianisme doivent rester discrets. Ils seraient rejetés par leur famille, leur clan et leur communauté. Par contre, les attaques contre des églises ou les fermetures d'églises sont rares.

Les chrétiens immigrés, quant à eux, sont rarement limités dans leurs activités, et les chrétiens orthodoxes de l'Éthiopie voisine sont tolérés. Il faut noter que les Éthiopiens et les Djiboutiens, malgré leurs religions différentes, ont vécu ensemble pendant des millénaires et tolèrent généralement leurs cultes respectifs.

Informations sur la minorité chrétienne

  • Les chrétiens orthodoxes éthiopiens forment le plus grand groupe chrétien, suivis par les chrétiens étrangers expatriés (cercles diplomatiques et militaires) et par les chrétiens djiboutiens d'origine musulmane.
  • Les seules dénominations chrétiennes reconnues sont : les protestants de France, les catholiques romains et les églises éthiopiennes orthodoxes.