Mauritanie

Aucune liberté religieuse n’est garantie, ce qui rend la croyance chrétienne illégale et la conversion passible de mort.

MauritanieContexte

La Mauritanie est l’une des quatre Républiques islamiques qui existent dans le monde.

D’après la Constitution, l’islam est la seule religion pratiquée par les 3,5 millions de Mauritaniens et la charia est la seule législation reconnue. L’apostasie est passible de la peine de mort même si cette sentence n’a jamais été officiellement appliquée dans l’histoire récente.
La liberté religieuse n’est pas reconnue et la conversion à la foi chrétienne est illégale.

L’influence du groupe terroriste Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) ne cesse de se renforcer dans le pays. AQMI a le soutien de la population et surveille l’activité des chrétiens dans le pays. Ceux-ci sont dans une situation délicate car le pays a adopté des lois anti-blasphème qui visent directement les activités non musulmanes.

Source de persécution

En Mauritanie, les chrétiens souffrent principalement de l’extrémisme islamique.

Il est extrêmement difficile d’être chrétien en Mauritanie. Les chrétiens d’origine musulmane subissent de très fortes pressions de la part de leurs familles, des membres de leur tribu et des responsables religieux locaux. Les églises d’expatriés jouissent de certaines libertés, mais la vie est difficile même pour les expatriés vivant dans le pays. Comme il est totalement impossible pour des chrétiens mauritaniens de faire enregistrer officiellement une église, ils sont obligés de se réunir en secret.

Aucun fait violent à l’encontre des chrétiens n’a été rapporté en 2014, mais cela ne veut pas dire qu’ils ne subissent pas de persécutions. Au quotidien ils endurent toutes sortes de pressions. A l’heure actuelle, ce qui les menace le plus c’est la montée en puissance des militants salafistes.

Informations sur la minorité chrétienne

  • Il n’y a que peu de chrétiens mauritaniens. Ils doivent être très prudents. Beaucoup sont isolés et ne peuvent pas avoir de vie d’église.
  • La pauvreté et l’analphabétisme sont d’autres problèmes qui caractérisent l’Eglise.
  • En décembre 2010 à l’Assemblée nationale, des députés islamistes ont mis en cause l’attitude du gouvernement à l’égard des organisations chrétiennes, ce qui a eu pour effet d’accroître la surveillance des activités chrétiennes.
  • En juillet 2011, le Conseil des imams Mauritaniens a demandé au gouvernement d’interdire l’apostasie manifeste et le prosélytisme.