Oman

Les chrétiens d’origine musulmane risquent d’être persécutés à la fois par la société et par leurs proches.

Oman

Contexte

Le sultanat d’Oman se trouve à la confluence du Golfe persique et de la mer d’Oman. Si on la compare aux pays voisins, la société d’Oman est plutôt tolérante envers les chrétiens. Depuis les quelques manifestations de 2011, le régime s’attelle à stabiliser et à consolider son pouvoir.

Malgré le fait que l’islam soit religion d’Etat et que la législation soit basée sur la charia, le régime a été jusqu’à présent tolérant à l’égard de tous les groupes religieux minoritaires. Il est possible par exemple d’importer dans le pays de la littérature religieuse imprimée à l’étranger. Les membres des différentes communautés ont le droit d’entretenir des relations avec leurs coreligionnaires à l’étranger et de voyager hors des frontières pour des raisons liées à leur religion. Les responsables religieux étrangers ont le droit de venir en Oman pour participer à des activités au sein des organisations religieuses enregistrées auprès du gouvernement. 

Quant à la Constitution omanaise, elle déclare que « chacun est libre de pratiquer ses rites religieux en conformité avec les us et coutumes du pays et dans le respect de l’ordre public et de la moralité. »

Même si l’apostasie n’est pas punie par la loi, les tribunaux, dans leur fonctionnement, partent du principe que tout citoyen d’Oman est musulman. C’est pourquoi un chrétien d’origine musulmane se heurtera à des difficultés vis à vis de la loi sur le statut personnel et la famille qui interdit à un homme qui quitte l’islam d’obtenir la garde de ses enfants.

Par ailleurs, le gouvernement inscrit la religion de chaque individu sur sa carte d’identité et la religion des expatriés figure sur leur carte de séjour. L’enseignement de l’islam est obligatoire et fait partie du programme scolaire. Le gouvernement omanais interdit aux groupes non musulmans de publier des écrits religieux. Les institutions religieuses sont sous le contrôle strict de l’Etat et ne peuvent faire entendre leur voix sans le consentement de l’élite au pouvoir.

Sources de persécution

Les chrétiens souffrent principalement de l’extrémisme islamique, mais aussi du totalitarisme du pouvoir.

Les expatriés chrétiens bénéficient de la liberté de culte mais pas de la liberté d’expression. Ces dernières années, plusieurs expatriés chrétiens ont été expulsés principalement parce qu’ils avaient parlé de leur croyance. Sur simple plainte, le gouvernement prendra des mesures contre tout groupe, individu ou institution qui cherche à exprimer publiquement une croyance non musulmane. En outre, il faut l’autorisation préalable des autorités pour mettre à disposition du public de la littérature religieuse autre que musulmane.

Les chrétiens d’origine musulmane quant à eux, sont persécutés par leur famille et par la société. Ils courent le risque de perdre leur famille, leur maison, leur emploi voire d’être assassinés. Dans certains cas les familles peuvent demander aux autorités d’intervenir : le converti se retrouvera alors interné dans un hôpital psychiatrique.

Informations sur la minorité chrétienne

  • La quasi totalité des chrétiens est composée d’expatriés. Il n’existe que quelques chrétiens omanais.
  • Toutes les organisations religieuses doivent s’enregistrer auprès des autorités et les rassemblements chrétiens sont surveillés pour être sûr qu’aucun message politique n’y est transmis et qu’aucun Omanais n’y participe.
  • Les étrangers ont le droit d’organiser des cultes discrètement chez eux ou dans des bureaux. Les lieux de cultes sont limités afin de ne pas gêner les citoyens omanais.
  • L’Eglise protestante d’Oman existe depuis la fin du 19e siècle.
  • Actuellement, l’Eglise Protestante d’Oman en partenariat avec l’Eglise Réformée d’Amérique et l’Eglise anglicane organise des cultes pour 1000 croyants originaires de 60 pays différents.