Le fardeau des équipières pour les réfugiées nord-coréennes

Sun-Hi et Kun-so, équipières de Portes Ouvertes, travaillent auprès des réfugiées nord-coréennes en Chine

page-article-2Elles sont témoins de la reconstruction de ces femmes, brisées par la vie mais changées par Christ !

Lorsque Sun-Hi va à la rencontre des réfugiées, c’est toujours un choc. Elles sont vêtues de loques et sont affamées. Elles vivent dans la crasse sans pouvoir se laver depuis des jours, voire des mois. Sun-Hi leur apporte de quoi manger, de quoi faire leur toilette, mais c’est si peu comparé à leurs besoins… « Cette charge était trop lourde, j’ai prié avec larmes que Dieu nous donne une solution ! »

Kun-so apporte une aide financière aux femmes nord-coréennes qui croisent son chemin. Tout l’argent qu’elles récoltent, elles l’envoient à leur famille en Corée du Nord en se privant d’un usage personnel. De part cette aide apportée, un lien de confiance, plus profond, peut s’établir. Néanmoins, Kun-so se sent parfois impuissante, elle aussi. « Je ne peux rien faire pour améliorer leur situation. Tout ce que je peux faire, c’est écouter, pleurer et prier avec elles. »

C’est la foi et l’amour des chrétiens qui touchent le cœur endurci de ces femmes. Jésus a donné sa vie pour elles au Calvaire et elles sont précieuses aux yeux de Dieu. Le jour vient où Dieu essuiera toute larme de leurs yeux et où il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur. Mais la Bible dit aussi que nous devons bénir ceux qui nous persécutent, et aimer tous ceux qui nous maltraitent. C’est aussi là le message que Kun-so et Sun-Hi ont à porter auprès des réfugiées. « J’ai vu des femmes nord-coréennes transformer leur mari et leur entourage parce qu’elles ont appris à aimer au lieu de haïr. »

Lorsque la Corée du Nord s’ouvrira, elles pourront rentrer partager la guérison et le pardon de Christ avec leurs compatriotes.