« Je n’oublierai jamais cette journée… »

Le 8 juillet dernier, le mari d’Hannatu a été assassiné alors qu’il assistait à l’enterrement d’une centaine de chrétiens tués la veille par des membres de Boko Haram dans l’Etat du Plateau, au nord du Nigeria.

300x200-cdf.jpgCela fait maintenant quelques mois que le drame a eu lieu, et, bien qu’entourée par sa famille et ses amis, Hanatu Dantong est toujours très déprimée. Des équipiers de Portes Ouvertes sont allés la rencontrer, et cela l’a encouragée :

« Ce qui me réconforte le plus c’est de lire le Psaume 23. Cela m’aide à me rappeler que le Seigneur prendra toujours soin de moi, même dans ces temps d’épreuve. »

Une réalité difficile à accepter

« Une des choses les plus difficiles à accepter pour moi est le fait qu’on ne sait toujours pas exactement ce qui s’est passé ce jour-là. Tout ce qu’on sait, c’est que des hommes armés se sont introduits à la cérémonie d’enterrement et ont commencé à tirer, et que mon mari et un autre homme sont morts. »

Hannatu a 3 enfants, dont deux, Dan et Grace, qui sont étudiants. Mais ils sont restés à la maison depuis les évènements pour entourer leur mère. Ils la soutiennent pendant qu’elle se remémore cette journée terrible. « Je l’attendais après l’enterrement car il devait m’accompagner à l’église. J’étais tellement inquiète de ne pas le voir rentrer que j’ai pris ma voiture pour aller vers le lieu des funérailles. C’est dans ma voiture que j’ai reçu l’appel m’apprenant la terrible nouvelle. »

Un homme au service de son pays

Gyang Dantong, son mari, était un membre de l’Assemblée nationale nigeriane. Il était sénateur, représentant la ville de Jos, capitale de l’Etat de Plateau, depuis 5 ans déjà. Il défendait la paix dans la région, en essayant de dépasser les divisions culturelles, religieuses et tribales.

Il était également médecin de formation, et, bien que son élection au sénat le conduise à travailler en semaine à Abuja, la capitale nigeriane, à 150 km, il revenait régulièrement pour aider l’équipe de chirurgiens à l’hôpital chrétien de Vom, dans la région rurale de Plateau.

« Mon mari a beaucoup fait pour le Nigeria, il aimait son pays et ce peuple qu’il servait » explique Hannatu, « je sais que sa vie a été en bénédiction pour beaucoup et que Dieu fera fructifier ce qu’il a semé. Mais pour moi, c’est vraiment difficile de continuer sans lui. »

Prions que Dieu aide Hannatu à continuer son chemin, qu’elle puisse ressentir Son amour et Sa bienveillance à son égard. Prions également pour que le travail accompli par son mari continue à porter du fruit pour le peuple nigerian.

Photo : Grace, Dan et Hannatu