Iran : ils crient «Alléluia» dans un marché

Sur l’invitation d’une chaîne TV, plusieurs personnes ont crié « Alléluia » dans un marché iranien.

300-200-radio.jpgEn Iran, beaucoup de chrétiens sont pourchassés par la police. Tous leurs contacts téléphoniques, leurs emails sont épiés par les services secrets du gouvernement. Les chrétiens iraniens peuvent facilement avoir l’impression d’être une poignée dans cette République islamique. Mais certains indices prouvent le contraire. Par exemple, Sarah, une chrétienne iranienne réfugiée en Europe, a été surprise d’entendre plusieurs hommes crier « Alléluia » dans un marché iranien. On l’écoute :

Sarah : « Dans le "bazar", nous avons entendu des gens crier "Alléluia". On n’en croyait pas nos oreilles : entendre "Alléluia" dans le bazar. Nous avons rencontré l’un d’entre eux, il se trouvait juste à côté de nous et criait "Alléluia". Nous lui avons donc demandé « pourquoi dites vous cela ? ». Il nous a répondu « Vous savez, je suis chrétien et aujourd’hui c’est la journée de l’Alléluia. » Chaque chrétien devait crier "Alléluia", où qu’il se trouve. C’est quelqu’un sur une chaîne satellite qui avait suggéré cette journée de l’Alléluia, nous a-t-il dit. C’était vraiment magnifique d’entendre haut et fort quelqu’un dire "Alléluia" alors que nous marchions dehors dans la rue. »

Et c’est vrai qu’en Iran beaucoup de chrétiens affichent leur foi. A Téhéran, plusieurs d’entre eux collent des autocollants en forme de poisson, signe de reconnaissance des premiers chrétiens, sur leur voiture pour s’encourager. Sarah en a compté au moins 320 en une heure. Dans ce pays, afficher sa foi n’est pas quelque chose de dangereux, en fait les services secrets connaissent les chrétiens. Ce qui est dangereux, c’est d’évangéliser, de s’investir dans le fonctionnement de l’Eglise. Mais cela n’empêche pas l’Eglise de grandir. Portes Ouvertes estime qu’il y a 450 000 chrétiens en Iran.