En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites. Voir notre utilisation des cookies. En savoir plus

Index Mondial de Persécution des Chrétiens 2022

Soudan
Dirigeant
Président Omar el-Bashir
Population
42,2 millions
Nombre de Chrétiens
1,9 millions
Religion principale
Islam
Gouvernement
République
Taux de persécution
violence
97%
vie ecclésiale
75%
vie civile
75%
vie sociale
81%
vie familiale
69%
vie privée
75%
Voir le profil complet
Persécution extrême
Très forte persécution
Forte persécution

DES MILLIONS DE CHRÉTIENS PERSÉCUTÉS POUR LEUR FOI

Aujourd’hui, plus de 360 millions de chrétiens sont fortement persécutés ou discriminés dans le monde.

Soit
1 chrétien sur 7 
dans le monde.

LES PAYS LES PLUS DANGEREUX POUR LES CHRÉTIENS AUJOURD’HUI

Partager la carte
Découvrez grâce à une analyse de terrain ce que vivent les chrétiens persécutés.

LES CHIFFRES DE LA PERSÉCUTION SELON L’INDEX 2022

L’Index Mondial de Persécution des Chrétiens 2022 montre que l'intensité des discriminations et de la persécution subie par les chrétiens s'est encore aggravée (la période prise en compte pour l’établissement de l’Index Mondial de Persécution des Chrétiens 2022 va du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021).

5 898
CHRÉTIENS TUÉS
soit 16 par jour.
5 110 
ÉGLISES CIBLÉES
dont 3000 en Chine.
6 175
CHRÉTIENS DÉTENUS
soit une augmentation de 44%.

Par rapport à l’Index 2021:

  • Le nombre de chrétiens tués en raison de leur foi a augmenté de 24%
  • Le nombre d’églises ciblées a augmenté de 14% 
  • Le nombre de chrétiens détenus a augmenté de 44%

LES TENDANCES DE LA PERSÉCUTION DES CHRÉTIENS EN 2022

Depuis 9 ans la persécution est en hausse constante (dont 9% d’augmentation sur ces 6 dernières années) et atteint un niveau inégalé. Les persécuteurs agissent souvent dans la plus grande impunité et avec de plus en plus de violence. La Corée du Nord obtient son plus haut score en points de persécution.

La prise du pouvoir des talibans en Afghanistan a envoyé un signal à tous les groupes extrémistes islamiques, notamment en Afrique: ce n’est qu’une question de temps avant que les troupes internationales ne se retirent des États en déliquescence.

Un nombre croissant d’États semblent reproduire le modèle de la Chine, qui continue d’étendre son influence. Cela se ressent en termes de persécution des chrétiens. Les confinements ont servi de prétexte à la fermeture définitive de nombreuses églises.

BOULEVERSEMENT À LA TÊTE DU CLASSEMENT:
L’AFGHANISTAN «DÉTRÔNE» LA CORÉE DU NORD 

Img content1

L’Afghanistan était à la 2e place de l’Index depuis 2018. Avec l’arrivée des talibans au pouvoir, le niveau de violence contre les chrétiens a explosé. Les chrétiens qui ne se sont pas fait tuer se cachent, les églises secrètes ne prennent plus le risque de se réunir. Il est devenu encore plus difficile pour les chrétiens de quitter le pays pour sauver leur vie.

La Corée du Nord n’est plus le pays n°1 de l'Index Mondial de Persécution des Chrétiens, alors qu’elle l’a été pendant 20 ans, de 2002 à 2021. La situation des chrétiens de ce pays s’est pourtant aggravée (la persécution a augmenté de 2 points), mais moins qu’en Afghanistan. Avec la «loi sur la pensée anti-réactionnaire» promulguée fin 2020, qui vise à lutter contre les influences étrangères, le nombre de chrétiens arrêtés et le nombre d'églises de maison ciblées ont augmenté.

Img content2

LA PERSÉCUTION DES CHRÉTIENS:
UNE VIOLATION INACCEPTABLE DES DROITS DE L’HOMME

Tout individu, où qu’il se trouve, devrait pouvoir librement vivre en accord avec la religion de son choix, comme cela est écrit dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Or, l’Index Mondial de Persécution des Chrétiens montre de graves atteintes à ce droit dans de nombreux pays.

La liberté de religion est un Droit de l’Homme universel, «inaliénable» (il découle de la dignité humaine de tout individu) et «fondamental» (il ne peut être légitimement refusé à personne). Elle implique:

  • Le droit à la conversion : «la liberté d'avoir ou d'adopter une religion ou une conviction de son choix». Toute criminalisation de l’apostasie est donc contraire aux Droits de l’Homme.
  • Le droit au partage de sa foi : «la liberté de manifester sa religion» et «la liberté de répandre des informations et des idées de toute espèce». Toute criminalisation du prosélytisme est donc contraire aux Droits de l’Homme.
  • Le droit de se rassembler pour un culte : «la liberté de manifester sa religion, individuellement ou en commun, tant en public qu'en privé, par le culte» ; «le droit de réunion pacifique» et «le droit de s'associer librement avec d'autres».

Le droit à la liberté de religion est indépendant des lois, des croyances et des coutumes d’une société. Inhérent à tout individu partout dans le monde, il ne saurait être soumis à une permission de l’État, mais la préexiste.

On commet souvent l’erreur de limiter la persécution des chrétiens à la seule violation de la liberté religieuse (article 18 de la DUDH). Or, cette persécution prend des formes variées qui violent tout un ensemble de droits fondamentaux: discriminations à l’éducation ou à l’emploi au Nigéria, meurtres en Égypte, tortures dans les prisons iraniennes, détentions arbitraires en Chine, mariages forcés dans certains pays d’Asie Centrale…

 De même, lorsque la liberté religieuse s’éteint, les autres droits la suivent généralement. La liberté de religion est interdépendante avec les libertés d’expression et d’association, essentielles pour toute société libre et tolérante. La persécution des chrétiens est ainsi souvent un signal d’alarme indiquant la faillite ou le virage autoritaire d’un État.

POURQUOI CET INDEX?

Img content

L’Index Mondial de Persécution des Chrétiens a été mis en place par l’équipe de recherche internationale de Portes Ouvertes en 1993. Il permet à Portes Ouvertes d’évaluer quels sont les pays où les chrétiens sont persécutés et d’analyser la forme que prend la persécution. Le but est d’apporter une aide adaptée et priorisée à ceux qui sont le plus persécutés. À partir de 1997, l’Index a été rendu public. Il constitue un outil d’expertise unique pour interpeler les médias et les politiques sur la réalité de ce que vivent plus de 360 millions de chrétiens aujourd’hui.

Questions fréquentes sur la persécution des chrétiens

Comment est élaboré l’Index Mondial de Persécution des Chrétiens?

Le classement de l’Index Mondial de Persécution des Chrétiens est le résultat d’un travail méticuleux dans les pays mêmes.

C’est sur la base de six indicateurs distincts, pondérés de manière égale et additionnés, qu’est calculé l’index: la violence physique et matérielle à l’égard des chrétiens, ainsi que les atteintes à leur liberté de pensée et de conscience, à leur vie familiale, à leur vie sociale, à leur vie civile et à leur vie ecclésiale. Une équipe de recherche récupère les informations, les vérifie, recoupe et compile. L’index est ensuite progressivement établi, laissant apparaître les pays où les chrétiens sont le plus à risque d’être l’objet de persécutions directes.

Nous rassemblons des informations provenant de sources très différentes, religieuses et laïques. Pour nous permettre de classer les pays où les chrétiens sont le plus persécutés, l’étude est réalisée sur 150 pays en tout. 

  • Nous vérifions et recoupons l’information en provenance du terrain avec celle qui est diffusée par d’autres organismes (presse, instituts de recherche, autres ONG, etc.).
  • Nous comparons de nombreux questionnaires que nous envoyons à des personnes représentatives du pays.
  • Nous notons et classons les pays en fonction des informations recueillies et analysées.

En savoir plus sur la méthodologie

Pourquoi l’Index Mondial de Persécution ne s’intéresse-t-il qu’aux chrétiens?

Nous sommes conscients que dans beaucoup de cas, les chrétiens ne sont pas seuls à souffrir. C’est aussi le cas d’autres groupes minoritaires. Cependant, l’index ne prend en compte que la persécution des chrétiens. Deux raisons à cela :

  • Soutenir les chrétiens qui souffrent de persécution est le mandat de Portes Ouvertes . L’Index Mondial de Persécution des Chrétiens est essentiellement un outil permettant à la fois aux responsables et aux membres de Portes Ouvertes, d’avoir un aperçu sur la nature, l’étendue et la localisation géographique de la persécution des chrétiens.
  • La persécution des chrétiens est le domaine d’expertise de Portes Ouvertes . Grâce à sa présence sur le terrain, au niveau local, voire à l’échelle même du village, Portes Ouvertes France est au plus près de l’actualité et de la réalité de la situation des chrétiens persécutés. Nos partenaires sont les chrétiens locaux, de dénominations multiples. C’est ce qui confère à Portes Ouvertes France sa position d’expert sur les faits de persécution et l’état de la liberté religieuse.
Est-ce que vous demandez aux politiques d’agir?

Chaque année, nous présentons les résultats de l’Index Mondial de Persécution des Chrétiens au niveau national (Assemblée Nationale, Sénat) et européen (Parlement européen et conseil de l’Europe). Portes Ouvertes veut être la voix de ces individus souvent privés de la possibilité de faire valoir leurs propres droits, en informant et en alertant les hommes et femmes politiques en France et en Europe.

L’Index Mondial de Persécution s’intéresse-t-il aux chrétiens de toutes dénominations?

Oui. La méthodologie de l’index se réfère à la définition suivante du chrétien:

Un chrétien est «quiconque s’identifiant comme chrétien et/ou quelqu’un appartenant à une communauté chrétienne telle que définie par les confessions de foi des églises historiques».

Fondée sur cette définition, la méthodologie de l’Index Mondial de Persécution des Chrétiens distingue quatre types de christianisme:

  • Les chrétiens expatriés: ce sont les résidents chrétiens étrangers (expatriés ou travailleurs migrants) autorisés à louer ou à posséder des bâtiments d’église pour tenir des services religieux. Souvent, dans les pays où sévit la persécution, ils ne sont pas autorisés à accueillir des nationaux dans leur église.
  • Les chrétiens des communautés historiques: cette catégorie s’applique aux églises historiques reconnues (catholiques, orthodoxes et protestantes), existant dans le pays depuis parfois des centaines d’années. Leur situation et leur degré de liberté diffèrent d’un pays à l’autre.
  • Les chrétiens appartenant à des communautés chrétiennes non traditionnelles (telles que les églises évangéliques, baptistes et pentecôtistes): ils font partie de la grande variété des nouvelles expressions du protestantisme qui inclut des églises qui n’appartiennent pas à une dénomination reconnue dans de nombreux pays.
  • Les nouveaux convertis au christianisme: Ce sont les personnes qui ont appartenu à une religion ou à une idéologie dominante, à la religion traditionnelle, au crime organisé ou à tout autre identificateur fort et qui ont changé radicalement de vie en devenant chrétiennes. Dans les pays où les chrétiens sont persécutés, les convertis sont souvent rejetés et obligés de cacher leur croyance. Quand ils le peuvent, ils se réunissent dans des églises de maison clandestines.
Comment la persécution arrive-t-elle?

La persécution suit généralement un modèle de développement en 6 étapes. L’intervalle de temps que met la persécution pour passer du stade 1 au stade 6 peut différer selon le contexte spécifique du pays et le type de la persécution.

  • Étape 1 . Un petit groupe social hautement actif défendant une religion ou idéologie commence à répandre ses idées aux dépens d’autre(s) groupe(s).
  • Étape 2. Le(s) mouvement(s) fanatique(s) issu(s) du groupe de départ grandissent ou se regroupent entre eux et exercent une pression sur la société et sur le gouvernement au moyen de stratégies médiatiques et / ou d’attaques physiques sur le(s) autre(s) groupe(s).
  • Étape 3. La violence générée par les mouvements fanatiques perturbe la société mais le gouvernement ne les sanctionne pas, tout en accusant le(s) groupe(s) victime(s) d’être la cause de l’agitation sociale en raison même de son/leur existence
  • Étape 4. Les actions des mouvements fanatiques se renforcent et attirent de plus en plus de personnes dans leur giron. Cela entraîne plus de pression sur le gouvernement qui est amené à se plier à leur agenda.
  • Étape 5. La société, le gouvernement, le système judiciaire et sécuritaire harcèlent les membres appartenant au(x) groupe(s) victime(s), au point de l’(les) emmener au bord de l’asphyxie dans tous les domaines de la vie.
  • Étape 6. Le petit groupe social du début (étape 1) imprègne la culture dans son ensemble et devient la norme.
Les chrétiens sont-ils les croyants les plus persécutés dans le monde?

Nous sommes conscients que des croyants d’autres religions sont aussi persécutés, mais notre domaine d’expertise est limité aux chrétiens persécutés.

 Cependant, un rapport publié en mai 2019, commandé par le ministre des Affaires étrangères britannique de l’époque, Jérémy Hunt, affirme que oui, les chrétiens sont bien les croyants les plus persécutés au monde.
 L’étude, menée par une commission indépendante, estime qu'une personne sur trois souffre de persécution religieuse dans le monde et que 80% des croyants persécutés sont chrétiens. Le rapport qualifie même la persécution des chrétiens de quasi-génocide.

En outre, selon un récent rapport du Pew Reseach Center, le christianisme est actuellement la religion la plus combattue autour du monde. Les chrétiens méritent donc une attention toute particulière.

Les chrétiens sont-ils responsables des persécutions qu’ils subissent?

Les chrétiens pourraient-ils éviter les persécutions s’ils se comportaient autrement? Voici nos réponses aux 6 arguments régulièrement entendus à ce sujet.

  • « Les chrétiens pourraient simplement dissimuler leur nouvelle foi. » Penser ainsi, c’est faire preuve de mépris pour la liberté de pensée, de conscience, de religion ou de conviction: cacher ses véritables convictions peut représenter une trahison de soi-même, la liberté religieuse étant un droit qui découle de la dignité humaine.
  • « Les chrétiens devraient s’abstenir de tout prosélytisme. » Le droit à la liberté d’expression permet à tout individu de témoigner de convictions existentielles personnelles en communiquant librement.
  • « Les chrétiens pourraient garder leur religion pour eux, sans la montrer en public. » Le droit à la liberté de religion dépasse la liberté d’expression en ce qu’il implique non seulement la possibilité d’exprimer publiquement son opinion, mais aussi de vivre dans le respect de la position religieuse dictée par la conscience de chaque individu, impliquant notamment «l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites» (DUDH Art. 18).
  • « Les chrétiens n’ont qu’à se convertir à la religion majoritaire du pays. » Le Rapporteur spécial de l’ONU précise dans son rapport 2012: «La religion ou la conviction ne sont pas de simples articles inscrits dans un catalogue de biens de consommation que les individus peuvent prendre ou laisser en fonction de leurs propres goûts ou préférences.»
  • « Le prosélytisme représente un danger pour la paix et l’harmonie de la société. » Il s’agit d’un argument couramment utilisé par certains États pour restreindre la liberté d’expression et de religion. Or le respect des Droits de l’Homme, du pluralisme d’idées et de la diversité sont en fait à la base même d’une société paisible et réellement démocratique. 
  • « Les États sont libres de gérer, contrôler, réguler ou organiser la pratique religieuse comme bon leur semble. » Lorsque certains gouvernements cantonnent la religion à la sphère privée ou privilégient une religion en ignorant les principes d’égalité et de non-discrimination, ils restreignent injustement la portée de la liberté religieuse telle que définie dans la DUDH et le PIDCP.