Asie Centrale : « Quand les justes crient, l’Eternel entend »

En Asie Centrale, un pasteur très éprouvé a supplié Dieu d’intervenir. Le changement des circonstances dans sa vie l’a profondément encouragé.

300-CHronique-24-aout-2016« Père Céleste, est-ce que tu voulais vraiment que je te serve en tant que pasteur ? Ai-je bien compris ta volonté ? S’il te plaît, révèle-moi ton plan pour ma famille, montre-moi ta face ! » Le pasteur Abdul qui habite un pays d’Asie Centrale est à genoux. Agé de 37 ans, ce chrétien d’origine musulmane, implore Dieu. Depuis qu’il a choisi de s’engager en tant que responsable de son église locale, la persécution a commencé.

Licencié de son entreprise

Au travail, il est très apprécié pour sa sympathie et sa volonté. Mais la direction a ordonné son licenciement après avoir appris qu’il exerçait des activités pastorales. Le responsable d’Abdul l’a encouragé à renier sa foi afin de pouvoir continuer à nourrir sa famille. « Il n’y a aucune raison pour que je rejette celui qui ne m’a pas rejeté et qui est mort pour mes péchés », lui a-t-il répondu.

Abdul a donc cherché du travail. En vain. Avant d’adresser sa supplication à Dieu, il venait de rentrer chez lui et de découvrir sa femme en larmes. Ils n’avaient plus assez d’argent pour acheter du lait à leur fils. Voilà pourquoi, ce père de famille est à genoux, en train d’implorer Dieu de lui répondre. Et la réponse n’a pas tardé.

Une réponse aux prières

Abdul a rencontré quelques temps plus tard un équipier de Portes Ouvertes qui lui a proposé un micro-crédit. Aujourd’hui, Abdul a pu recruter deux chrétiens dans son entreprise. Il a non seulement de quoi répondre aux besoins de sa famille mais il dispose désormais de temps supplémentaire qu’il met au profit de son église locale. Cette histoire rappelle un verset issu du psaume 34 : « Quand les justes crient, l'Eternel entend ».