Iran : 10 ans de prison, 80 coups de fouet en attente

Encore trois chrétiens condamnés à 10 ans de prison en Iran. Ils attendent également le jugement en appel d’une autre condamnation à 80 coups de fouet pour avoir consommé de l’alcool.

460-FullSizeRender-600x400

En Iran, Yasser Mossayebzaeh, Sahed Fadaie, Mohammad Reza Omidi ont écopé de 10 ans de prison. La justice iranienne les accuse d’atteinte à la sécurité nationale. Le verdict est tombé le 6 juillet dernier. On leur reproche, entre autres de contribuer à la propagation d’églises de maison, des églises clandestines où les chrétiens se retrouvent pour contourner le manque de liberté religieuse.

Pourquoi ces coups de fouet ?

Les trois Iraniens sont également dans l’attente d’une réponse à une autre condamnation. Ils pourraient recevoir en plus des 10 années de prison, 80 coups de fouet pour avoir consommé de l’alcool. Ils ont en effet bu une gorgée de vin durant la Sainte Cène. Il s’agit ici d’un geste rituel qui rappelle la crucifixion de Jésus-Christ. En Iran, la consommation d’alcool est strictement interdite pour les musulmans. La conversion au christianisme de ces trois iraniens n’est pas reconnue, c’est pourquoi Yasser Mossayebzaeh, Sahed Fadaie, Mohammad Reza Omidi sont passibles de ces 80 coups de fouet.

La persécution des chrétiens en Iran est une sinistre réalité. L’oppression de la société auprès des convertis d’arrière-plan musulman ; les menaces, tortures et lourdes peines infligées par la justice iranienne placent l’Iran en 8ème position des pays où les chrétiens sont le plus persécutés au monde.

De lourdes peines pour plusieurs

Les Iraniens Youcef Nadarkhani, Victor Bet-Tamraz, Kaviyan Fallah-Mohammadi, Hadi Asgari mais aussi trois chrétiens originaires d’Azerbaïdjan ont écopé dernièrement eux aussi de 10 années de prison en raison de leurs activités chrétiennes. Amin Afshar-Naderi à, quant à lui, été condamné à 15 ans de prison, pour les mêmes raisons mais avec l’accusation de blasphème en plus.

S’il y a un encouragement puissant dans ces sinistres nouvelles c’est celui de la détermination de la plupart de ces hommes de foi qui continuent à vouloir vivre l’Évangile malgré l’injustice et ce même derrière les barreaux.

De gauche à droite :
Saheb Fadaie, Youcef Nadarkhani, Yasser Mossayebzadeh and Mohammad Reza Omidi.