Lueur d’espoir en Corée du Nord

Derrière les polémiques et menaces internationales au sujet des missiles, les mentalités changent en Corée du Nord, surtout chez les jeunes. Une lueur d’espoir dans le pays le plus fermé de la planète ?

North2016_0370100030-770La Corée du Nord est le pays où la liberté de conscience est le plus durement réprimée. Le pays est en tête des pays qui persécutent le plus les chrétiens. Pourtant, selon un rapport récent de CSW, ces 10 dernières années, des changements ont eu lieu. La propagande bat son plein, mais les habitants, surtout les jeunes, sont de moins en moins dupes. Comment ce changement a-t-il eu lieu ?

L’accès aux médias étrangers a changé les mentalités

L'un des changements les plus marquants dans la vie des Nord-Coréens a été le passage d’une totale dépendance alimentaire des habitants envers l’État à une économie privée, en partie souterraine. Après les fortes périodes de famine subies par les habitants dans les années 1990 à 2000, un marché noir a vu le jour et prend de plus en plus d’ampleur. Cela va des simples marchés locaux, à la contrebande de marchandises avec la Chine.

Parmi les produits vendus en contrebande les plus recherchés : les films sud-coréens. Les jeunes nord-coréens sont prêts à risquer la prison pour avoir accès aux films étrangers diffusés via des clés usb faciles à cacher. Un jeune homme de 27 ans réfugié de Corée du Nord raconte : « Lorsque nous regardions ces films avec des amis, nous enviions les gens en Corée du Sud. Cela nous donnait envie de quitter la Corée du Nord. On s’est posé la question : ‘Pourquoi sommes-nous nés ici ?’ ».

Tous les niveaux de la société auraient accès à des informations provenant de l'extérieur du pays, souvent à grands risques. « Bien qu'une grande partie de cette information soit surtout des divertissements et non des rapports factuels, elle a néanmoins eu un fort impact sur la vision du monde des Nord-Coréens et a suscité un début d'analyse critique de la propagande de l'État. » dit le rapport.

Une soif de liberté plus grande

Au péril de leur vie, des Nord-Coréens tentent toujours de fuir et de gagner la Chine. S’ils sont arrêtés, ils risquent d’être envoyés en camp de rééducation. Dans les années 1990 à 2000, les Nord-Coréens se rendaient en Chine pour trouver à manger et se faire soigner. Aujourd’hui, tout a changé comme le raconte un réfugié de Corée du Nord : « Je me débrouillais bien en Corée du Nord, je pouvais vivre, mais de plus en plus de gens veulent la liberté, les opportunités et l'espoir. »

Éviter la persécution religieuse

Il n’existe aucune liberté de conscience en Corée du Nord. Croire en Dieu est interdit. À Pyong Yang, la capitale, le régime a mis en place des églises ‘vitrines’, entièrement factices pour faire croire aux touristes que les Nord-Coréens ont le droit d’aller à l’église. En réalité, tout Nord-Coréen pris en possession d’une bible, sera envoyé dans un camp de concentration avec toute sa famille. C’est pourquoi, selon le rapport, de plus en plus de Nord-Coréens fuyant le régime le font pour éviter la persécution religieuse.

(Source : Christian Solidarity Worldwide. L’association a interrogé 100 personnes, dont des réfugiés nord-coréens, des journalistes, des spécialistes universitaires ainsi que des humanitaires pour élaborer son rapport « Movies markets and mass surveillance »).