Bahreïn

Si les chrétiens expatriés jouissent de la liberté de culte, leur liberté d’expression est très restreinte.  

Contexte

Le pays est la scène d'une compétition de pouvoir entre l'Arabie saoudite qui soutient le gouvernement bahreïnien sunnite et l'Iran, qui se place du côté de la population, à majorité chiite.

En ce qui concerne la liberté religieuse, la Constitution déclare l'islam comme religion d'État et la loi islamique comme une source importante dans la législation. Les musulmans n'ont donc pas le droit de changer de croyance. Ceux qui le font sont toujours considérés comme musulmans par l'État et aucune contestation légale n'est permise.

Toutefois, pour les chrétiens étrangers, le Bahreïn reste l'un des pays les plus libéraux de la Péninsule arabique. Il existe plusieurs librairies et hôpitaux chrétiens. Un grand nombre de chrétiens expatriés (surtout d'Asie du Sud) travaillent et vivent au Bahreïn et sont libres de pratiquer leur foi dans des lieux de culte privés. Cependant ils n’ont pas le droit de parler de leur croyance aux musulmans.

Place dans l’Index

Trois sources principales de persécution dans le pays : l'opposition tribale, l'extrémisme islamique et la paranoïa dictatoriale.

Les chrétiens d'origine musulmane subissent beaucoup plus de pressions que les quelques communautés chrétiennes historiques et que les expatriés. Ils n'osent pas parler de leur conversion et certains ont trouvé nécessaire de quitter définitivement le pays.

Il règne une grande peur qui témoigne de la pression existant dans tous les domaines de la vie. Cette pression est plus forte dans le cercle privé, familial ou communautaire, mais le gouvernement impose des limites à la vie d'église et nationale.

Informations sur l'église

  • C'est à Bahreïn qu'a été construite la première église dans les pays du Golfe à l'époque moderne. Elle le fut par des missionnaires anglicans américains.
  • Le pays compte aujourd’hui des églises orthodoxes, catholiques et protestantes.
  • Les chrétiens représentent environ 5 % de la population, soit près de 179 000 personnes.
  • Comme le nombre de lieux de culte non musulman est limité, des dizaines d'assemblées doivent se partager le même bâtiment. Elles ne sont pas autorisées à prêcher en arabe, mais peuvent le faire en anglais.