Soudan

Le régime actuel, islamiste et totalitaire, veut contrôler tous les aspects de la vie de ses citoyens. Quitter l’islam et choisir le christianisme est puni de mort.

Soudan

Contexte

Le Soudan est l’un des rares pays d’Afrique à figurer dans l’Index Mondial de Persécution des Chrétiens depuis sa publication en 1993. Dans ce pays, où l’apostasie est punie de la peine de mort, les chrétiens sont considérés comme des citoyens de seconde zone. Bien que la Constitution garantisse la liberté de religion, la plupart des lois font suite à une stricte application de la charia. La volonté du gouvernement est d’établir une seule religion, une seule culture et une seule langue. Il est extrêmement compliqué d’obtenir une autorisation pour la construction d’une nouvelle église.

En termes de violence, les chrétiens des Monts Nuba sont particulièrement visés. La politique du gouvernement à leur égard est la suivante: «Les tuer, les assiéger et les affamer pour qu’ils se rendent». Ceux qui tuent et maltraitent les chrétiens restent impunis.

Depuis la partition de l’ancien Soudan en deux États distincts (Soudan et Sud-Soudan) en 2013, et la baisse considérable du nombre de chrétiens au Nord, la population du Soudan s’est fortement radicalisée.

Sources de persécution

Au Soudan, l’extrémisme islamique et le totalitarisme sont les deux mécanismes de persécution des chrétiens.

Situation des chrétiens

Un chrétien évoquant sa foi avec un musulman peut être accusé «d’encouragement à l’apostasie contre l’islam».

Les chrétiens sont persécutés en premier lieu par leur famille, proche et éloignée, par les chefs religieux et la société dans son ensemble, et aussi par le gouvernement.

Les chrétiens d’arrière-plan musulman sont souvent intensément persécutés. Leurs enfants se trouvent méprisés à l’école à cause de la religion de leur famille et beaucoup de parents n’osent les élever selon leurs convictions.

Exemples de persécution

1er décembre 2015 - Deux pasteurs, Hassan Abdul Rahim Cody et Talal Angus, ont été arrêtés à leur domicile par des agents du renseignement et des forces de sécurité soudanaises. Ils n’ont pas été autorisés à contacter un avocat.

14 mars 2016 - Le pasteur Philémon Hassan a été arrêté par les services du renseignement qui ont fermé l’église où il exerçait son ministère. Toute la littérature chrétienne a été confisquée. Une librairie du centre de Khartoum a subi le même sort.

14 avril 2016 - Le pasteur Gabriel Anthony, de l’église de Nyala, a été enlevé par des inconnus armés.