« Peu importe ce que nous avons vécu par le passé… »

Quand on entend parler de la Corée du Nord, il est souvent question de camps de travaux forcés et de famine. Bien sûr, ceci est vrai, mais quand on parle des Nord-Coréens, on peut aussi parler d’amour…

cdf-amourEun Kyung, nord-coréenne, avait laissé ses deux jeunes enfants à son mari afin de partir gagner de l’argent dans le nord du pays en revendant du cuivre. Mais elle a tout perdu lorsque l’un de ses clients s’est enfui avec son stock sans lui payer son dû. En même temps, elle a appris que son mari était porté disparu, décédé dans la mine où il travaillait. Sa famille avait recueilli ses enfants.

C’est alors qu’on lui proposa d’aller travailler en Chine.  « Sans argent, je ne pouvais pas faire vivre mes enfants. » se souvient Eun Kyung. « J’étais prête à tout pour eux. » Elle a été placée dans une ferme en Chine où elle devait travailler en échange du gîte et du couvert. Mais cette situation ne lui permettait pas d’envoyer d’argent à ses enfants. Elle est donc repartie en quête de travail.

Malheureusement, la police chinoise l’a arrêtée et Eun Kyung a été déportée. Elle a été emprisonnée en Corée du Nord où elle a failli mourir. A sa libération, elle est retournée chez elle pour découvrir avec horreur que ses enfants avaient été placés en orphelinat. Eun Kyung a retrouvé sa fille mourante de faim qui est décédée peu de temps après dans ses bras. « J’avais le cœur brisé. » se souvient-elle. Quant à son fils de 3 ans, elle a appris qu’il venait d’être adopté par un officier de l’armée.

Eun Kyung est donc repartie pour la Chine et a trouvé du travail dans un restaurant de Pékin. C’est là qu’elle a rencontré Young Nam. Il était également réfugié de la Corée du Nord avec un passé tout aussi tragique. En secret, tous deux ont suivi une formation biblique… et ils se sont mariés. Malheureusement, la situation s’est dégradée, et les Nord-Coréens n’étant plus en sécurité à Pékin, ils ont dû quitter la Chine.

Aujourd’hui, Eun Kyung et Young Nam vivent dans un petit appartement loin de leur pays d’origine avec leur fils de quelques mois. Pour eux, ce bébé est le symbole de l’amour et de l’espoir trouvés en Dieu. « Nous prions pour qu’un jour nous puissions aider nos enfants respectifs à quitter aussi la Corée du Nord. Ce sont des adolescents aujourd’hui et ils nous manquent beaucoup. » Ils se consolent avec l’idée que Dieu sait ce que signifie perdre un enfant, car Il a envoyé son propre Fils mourir pour nous. « Peu importe ce que nous avons vécu par le passé, nous faisons confiance à Dieu. Nous savons qu’Il est amour. »