Nigéria, Burkina Faso, Centrafrique, Niger et maintenant la République Démocratique du Congo et le Mozambique... La liste des pays touchés s’allonge d’année en année.

La violence ne cesse d’augmenter et touche tous les aspects de la vie des chrétiens. Elle entraine des traumatismes, des déplacements et des difficultés économiques. Les chrétiens deviennent encore plus vulnérables.

Timothy, un de nos partenaires au Nigéria, a lancé l’alerte:

«Si nous ne poursuivons pas nos efforts, le christianisme dans le Nord du pays pourrait s’effondrer et s’éteindre dans les cinq prochaines années. Si l’Église au Nord s’effondre, l’Église du Sud sera envahie avant qu’ils ne sachent ce qui se passe.»

Ensemble pour restaurer les victimes

Même si l’Église est persécutée, les chrétiens d’Afrique Subsaharienne veulent rester fidèle au grand mandat donné par Jésus-Christ.

Portes Ouvertes et ses partenaires leurs apportent un soutien à la fois sur les plans économique, social, émotionnel, physique et spirituel. Il s’agit de les accompagner dans tous les domaines de leur vie. 

Cela passe par une aide de première urgence aux victimes: soins médicaux, nourriture, eau, couvertures… et ce, jusque dans les camps de déplacés. Les plus vulnérables bénéficient d’un soutien spécial.

Les chrétiens reçoivent aussi des enseignements bibliques ou des soins post-traumatiques. Ils sont formés pour résister aux situations d’hostilité auxquels ils sont confrontés. 

Enfin, par des formations spécifiques, Portes Ouvertes aide les responsables d’église à être des messagers de réconciliation et de paix.

En 2021, 60% des ressources de Portes Ouvertes destinées à l’Afrique Subsaharienne seront affectées aux chrétiens marqués par les violences.

Notre but: que les communautés chrétiennes survivent et même se développent malgré les violences et la pandémie. Ensemble, aidons-les à tenir bon et à rester fermes dans leur foi face à la violence.

Soutenir les chrétiens victimes de violence