370 000 chrétiens d’origine musulmane en Iran

Le point sur la situation de l’Eglise en Iran dans le cadre d’une série d’interview réalisée par Phare FM MONS. Un pasteur d’Iran sera présent au Week-End Annuel de Portes Ouvertes.

300x200FR : Clémence, nous prenons la direction de l’Iran
CM : Oui, si vous vous rendiez dans ce pays et que vous visitiez des églises arméniennes et assyriennes, vous vous diriez mais comment l’Iran, peut-il être le 7ème pays où les chrétiens sont le plus persécutés au monde ? C’est vrai, ils ne peuvent pas faire le culte dans la langue farsi, langue nationale des iraniens, mais après tout, ils sont reconnus par l’Etat, ils peuvent célébrer des fêtes chrétiennes ou encore gérer des écoles religieuses. Mais si vous restiez davantage, vous verriez que les chrétiens sont régulièrement  harcelés par la police et très surveillés. Vous rencontreriez aussi des chrétiens d’origine musulmane. Et là, vous changeriez d’avis. Ils sont environ 370 000. C’est une estimation. Ces chrétiens « oubliés » se retrouvent secrètement car le gouvernement les recherche. On leur reproche d’être sortis «  de la maison de l’islam ».  L’islam chiite est la religion d’Etat en Iran.
 
FR : Et leur statut est assez particulier …
CM : Ces chrétiens, nouveaux convertis, vont être considérés comme impurs, particulièrement dans les zones rurales et les villes conservatrices du Nord du Pays. Là-bas on y pratique un islam radical. Il est aussi possible qu’on refuse de leur serrer la main, de les toucher ou même de manger leur nourriture … ils attirent la honte sur leur famille. Ce sera donc très difficile pour eux d’avoir un travail. De toutes façons, si le gouvernement la découvrait et s’ils parlaient de leur foi à d’autres, ils iraient en prison.
 
FR : La situation est difficile, avons-nous quelques chiffres ?
CM : En Juin 2015, on estimait que 92 chrétiens étaient détenus en raison de leur croyance. Certains sont inculpés : «d’Atteinte à la sécurité de l’Etat»,  ou encore «d’insultes à la mémoire de l’ayatollah Komeini, d’insultes au chef suprême de la République Islamique».
 
FR : Et pourtant, il y a une lueur d’espoir …
CM : Mais au milieu de ces épreuves, de ces déserts, un grand nombre de chrétiens tiennent fermes dans leur foi. Et pas seulement, certains évangélisent, d’autres deviennent pasteurs. Comment font-ils pour trouver autant de force dans leur foi ?
 
FR : Vous auriez un témoignage du terrain ?
CM : Gilbert Hovsepian qui est le fils d’un pasteur assassiné pour sa foi, viendra témoigner au Week-end annuel de Portes Ouvertes. C’est l’occasion idéale de venir contempler l’œuvre de Dieu au milieu de la fournaise.
 
FR : Un rendez-vous à ne pas manquer, d’autant plus que des bus seront affrétés de différentes régions notamment Strasbourg, Valence, Lyon. Des tarifs de groupe aussi seront appliqués sans oublier l’accueil de vos enfants de 7 à 14 ans. Clémence MARTIN, je vous laisse le mot de la fin.
 
CM : Je ne peux que vous encourager à réserver les dates du 31 Octobre et du 1er novembre. C’est en région parisienne à Dammarie Les Lys et plusieurs témoins de l’Eglise persécutée viendront témoigner.