Turquie : la vérité après 6 ans de procès ?

Des documents secrets déclassifiés par l’armée continuent d’étayer la thèse du complot dans l’assassinat des trois chrétiens perpétrés le 18 avril 2007 à Malatya.

300-200-legendeLe tribunal de Malatya en charge d’élucider le triple meurtre de Necati Aydin, Ugur Yuksel et Tilmann Geske, vient d’obliger l’armée à lui fournir des documents jusqu’ici classés confidentiels. Ces documents sont une nouvelle preuve que l’assassinat des trois chrétiens a bien été commandité par un groupuscule militaire illégal.

Une tentative d’intimidation qui aurait dégénéré

Ce groupuscule avait pour mission de surveiller et d’assassiner des membres des différentes communautés chrétiennes turques. C’est lui qui est notamment responsable de l’assassinat d’Andrea Santoro, un prêtre catholique italien de la paroisse de Trabzon en février 2006 et du meurtre de Hrant Dink, un éditeur chrétien turc d’origine arménienne, tué devant les bureaux de son journal « Agos » à Istanbul en janvier 2007. Il semblerait également que dans le cas du triple assassinat, ce qui devait n’être qu’une tentative d’intimidation a brutalement dégénéré en meurtre.

Fausses informations sur les chrétiens

Le même groupe était également chargé de diffuser de fausses informations sur les chrétiens, les faisant passer pour des « ennemis de l’Etat ».

Son objectif était de faire croire que le parti au pouvoir, pro-islam, était coupable des assassinats, afin de le discréditer et de provoquer sa chute, un vaste complot fomenté par l’armée, connu sous le nom d’Ergenekon.

Necati Aydin et Ugur Yuksel, deux chrétiens d’origine musulmane et Tilmann Geske, un chrétien allemand, avaient été tous les trois assassinés dans les locaux de la maison d’édition Zirve à Malatya, le 18 avril 2007. La 85ème audition du procès s’ouvrira le 30 octobre prochain.

Sujets de prière

  • Remercions Dieu pour le sérieux et la ténacité du juge en charge du dossier, que Dieu le protège,
  • Prions pour que le procès puisse enfin se terminer,
  • Prions pour les familles des victimes qui revivent, à chaque audience, la douleur d’avoir perdu un être cher.