Ouganda

Il est probable que, dans les 5, voire les 10 prochaines années, la persécution s’intensifie fortement.

OugandaContexte

Les chrétiens sont de plus en plus discriminés dans le monde du travail et à l’école. Un projet de loi est débattu au Parlement pour faire fonctionner des tribunaux islamiques de droit familial dont le principe a déjà été adopté dans la constitution.

L’Ouganda compte 12% de musulmans, concentrés dans certaines régions telles que Mbale, Iganga, Jinja, Kampala, Kasese, Bwera et Yumbe. Dans ces régions, où la population est majoritairement musulmane, les chrétiens sont menacés, particulièrement les chrétiens d’origine musulmane.

Place dans l’Index

S’il n’y a pas eu de fait de violence marquant en 2012, il faut souligner la montée inquiétante du "mouvement Tabligh de jeunes musulmans", qui cherche à faire revivre la foi des musulmans dans le cadre d’une interprétation littéraliste. Les Tabligh ne cessent de prendre de l’importance et sont une vraie menace pour les chrétiens, d’autant qu’ils investissent beaucoup dans les affaires, ils sont notamment propriétaires du secteur des transports, ce qui les aide à développer leurs activités radicales.

Le 24 décembre 2011, ils ont attaqué Umar Mulinde, un pasteur, en l’aspergeant d’acide, ils ont bien failli le tuer.

D’autres pasteurs, ainsi que beaucoup de chrétiens d’origine musulmane, ont reçu des menaces de mort émanant du même groupe. En août 2012, pendant le ramadan, un chrétien qui rentrait chez lui a été chassé de la ville avec sa famille.

La persécution antichrétienne se concentre dans les régions dominées par les musulmans. En particulier, les chrétiens d’origine musulmane subissent de très fortes pressions et de violences graves mais la plupart du temps, ces cas de violence passent inaperçu car personne ne porte plainte.

Trois origines de la persécution en Ouganda :

  • L’extrémisme musulman : D’après les experts de Portes Ouvertes sur place : « la communauté musulmane persécute sans relâche les chrétiens d’origine musulmane simplement parce qu’ils ont quitté l’islam. » De nombreux chrétiens d’origine musulmane sont aussi persécutés par leur famille proche et/ou leur famille éloignée. Ils sont maltraités, frappés, victimes de tentatives d’empoisonnement, menacés de mort, ostracisés et privés d’accès aux soins. »
  • Les autorités locales : elles compliquent la vie des chrétiens en ne leur accordant pas le soutien nécessaire en cas de problème, en les empêchant d’occuper des fonctions officielles ou en les empêchant d’avancer dans leur carrière. Des chrétiens se sont vu refuser le droit de construire des églises afin que certaines régions restent exclusivement musulmanes. Dans certaines régions dominées par les musulmans, les imams n’hésitent pas à tenir des discours haineux envers les chrétiens dans les mosquées.
  • L’opposition des « gardiens » de la culture traditionnelle : dans l’est de l’Ouganda (districts de Bugiri et Jinja) il existe un mouvement dont le leitmotiv est : « Retournons à nos traditions ! ». Ce mouvement promeut la sorcellerie, les sacrifices humains et la consommation de viande humaine. Totalement opposé au christianisme, il n’a pas caché son intention de débarrasser la région de toute présence chrétienne. Les chrétiens de cette régions subissent de très fortes pressions dans le but, soit de rejoindre le mouvement et de participer à aux pratiques traditionnelles, soit de quitter la région pour s’installer ailleurs.

Perspective

De quoi sera fait l’avenir pour l’Eglise d’Ouganda ? Il est probable que, dans les 5, voire les 10 prochaines années, la persécution s’intensifie fortement car le nombre de jeunes musulmans entre 10 et 25 ans qui reçoivent un enseignement religieux radical ne cesse d’augmenter. Dans les madrassas (école religieuses musulmanes), on enseigne aux enfants que, s’ils veulent aller directement au paradis et jouir de tous les plaisirs qui les y attendent, ils doivent tuer les juifs et les chrétiens. On leur enseigne que les Etats-Unis et Israël sont leurs ennemis tout comme les chrétiens et les juifs. 

Informations sur l’Eglise

  • L’Ouganda compte 12% de musulmans pour 85% de chrétiens.
  • Sous la présidence d’Amin Dada (1971 à 1979) les chrétiens étaient fortement persécutés et la minorité musulmane favorisée. A cette époque, beaucoup d’habitants de la région de Mbale se sont convertis à l’islam pour éviter la persécution.
  • Le «réveil est-africain» a donné un nouveau souffle à l’Eglise anglicane d’Ouganda et à d’autres dénominations moins importantes. En 1995, on a assisté à une importante croissance des assemblées pentecôtistes et à un mouvement de réveil au sein de l’Eglise Catholique.
  • L’«Armée de Résistance du Seigneur» (LRA) a fait des ravages dans le nord de l’Ouganda, mais après leur expulsion, le calme est revenu. Cependant, les effets de la guerre se font encore ressentir. Les habitants de la région qui sont rentrés chez eux n’ont pas encore fini de reconstruire leur vie. Des centaines d’ougandais avaient été tués dont beaucoup de chrétiens.