Une vingtaine de personnes ont été tuées et plus de 100 autres blessées dans les attentats-suicides perpétrés dans une église catholique de l'île de Jolo, dans le sud des Philippines, par le groupe Abu Sayyaf, affilié à l'État islamique .

Depuis lors, les médias sont passés à d'autres urgences, mais pour les habitants de Jolo, la vie a été marquée à jamais par la perte et le traumatisme.

Nous organisons des sessions sur les traumatismes pour les victimes de l'attaque, adultes et enfants. Un équipier raconte: «Bien que le débriefing commence par un jeu amusant et des rires chaleureux, des larmes ont rapidement coulé dans la salle alors que chaque participant exprimait son émotion, décrivant ce qui s'est passé à l'intérieur de la cathédrale après l'attentat.»

Exprimer ses émotions par le dessin pendant une session pour les victimes de l'attentat

Une maman a perdu sa fille et ses deux jambes

Une mère de quatre enfants qui a perdu ses deux jambes dans l'attentat pleure également la mort de sa fille: «Les gens me disent que tout va bien parce que mes trois autres enfants sont encore en vie et je dois leur en être reconnaissante... mais j'ai perdu un enfant», exprime-t-elle.

«C'est très douloureux. Les enfants peuvent se débrouiller sans leur mère, mais une mère qui a perdu son enfant, je ne sais pas. C'est difficile. C'est difficile. Elle me manque encore.»

«L'attentat a eu lieu le jour de mon anniversaire»

C'était l'anniversaire de Mark lorsque les deux bombes ont explosé dans son église le 27 janvier. L'attentat a coûté la vie à la mère de sa fiancée ainsi qu'à 19 autres personnes. Un an après le drame il raconte:

«Je ne sais pas si je dois fêter mon anniversaire ou si je dois pleurer.»

Personne ne s'y attendait

"Personne ne s'attendait à une telle attaque", a déclaré Hadassah, un équipier de Portes Ouvertes sur place. Il a également perdu un ami dans l'explosion:

«Une bombe a explosé à l'intérieur même de l'église pendant la période de culte, dans un pays qui compte un fort pourcentage de chrétiens... Qui pouvait s'attendre à cela?»

Il existe un nombre croissant de signes suggérant que l'État islamique utilise l'Asie du Sud-Est comme une zone de retraite et de réorganisation, surtout après avoir perdu son territoire en Syrie et en Irak. La région doit se préparer à la probabilité de nouvelles attaques menées par de nouveaux groupes extrémistes islamiques.