Erythrée

Ce pays contribue largement à la crise mondiale des réfugiés : des milliers d’Érythréens continuent à fuir. S’ils n’ont pas déjà quitté le pays, les chrétiens les plus actifs sont en prison.

erythree

Contexte

Les chrétiens les plus actifs, soit, ont fui le pays, soit, sont en prison. Ceux qui restent font profil bas. Les chrétiens érythréens sont considérés comme une menace pour l’État. Leurs maisons sont attaquées, ils sont emprisonnés dans des conditions atroces et torturés. Certains sont enfermés dans des conteneurs maritimes sous des températures torrides le jour et glaciales la nuit.

Le président Isaias Afewerki dirige le pays d’une main de fer. Le régime érythréen exerce une autorité absolue et intolérante envers toute forme d’association, de dissidence ou de libre expression.

L’Érythrée soutient la propagation de l’extrémisme islamique dans la Corne de l’Afrique, et fait partie des deux pays africains désignés comme «particulièrement préoccupants» par le Département d’État des États-Unis. Les chrétiens, principalement les jeunes, quittent en masse le pays. L’Érythrée contribue largement à la crise mondiale des réfugiés: des milliers de personnes continuent à fuir le pays.

Sources de persécution

La persécution au Yémen est due à l’extrémisme islamique et aux rivalités ethniques.Les chrétiens d’origine musulmane sont obligés de pratiquer leur foi dans le plus grand secret pour des raisons de sécurité.

Situation des chrétiens

À Aden, il y a 4 églises officielles (3 catholiques, dont une a été bombardée en mai 2015, et 1 anglicane) mais tous les chrétiens étrangers ont quitté le pays plongé dans le chaos. Aucune église n’est autorisée dans la partie Nord du pays.

Exemples de persécution

25 novembre 2015 - Deux chrétiens yéménites d’arrière-plan musulman ont été victimes d’un guet-apens et tués en raison de leur foi.

9 décembre 2015 - L’église catholique du quartier Mualla d’Aden a été attaquée à l’explosif par des militants islamiques.

5 mars 2016 - La résidence pour personnes âgées, Al Ehsan, gérée par des chrétiens a été attaquée par des inconnus vêtus en tenue militaire. 17 personnes ont été tuées, dont quatre infirmières chrétiennes originaires du Rwanda, du Kenya et d’Inde.