Inde

Depuis l’arrivée au pouvoir d’un gouvernement hindou, les chrétiens sont persécutés en toute impunité.

Contexte

inde

Le pays a opéré un repli sur le nationalisme religieux avec la victoire électorale en 2014 du Bharatiya Janata Party, un parti nationaliste hindou, amenant au pouvoir Narendra Modi. Cette élection a entraîné une radicalisation de la société et une montée en puissance de l’hindouisme radical. Les extrémistes hindous, protégés par le gouvernement, agissent en toute impunité, d’où une augmentation constante des persécutions contre les chrétiens.

Dès les 3 premiers mois après l’élection, les persécutions contre les minorités ont fortement augmenté. En 2014, 147 faits de persécution contre les chrétiens ont été signalés. Le nombre est passé à 181 en 2015, à 443 en 2016. Pour 2017, 410 faits violents de persécution ont été recensés au premier semestre.

Le gouvernement a clairement annoncé son intention de « purifier » l’Inde du christianisme et de l’islam par tous les moyens. Cette politique laisse supposer un accroissement de la violence dans les années à venir.

Situation des chrétiens

Tous les chrétiens sont concernés par la persécution, étant donné qu’ils sont considérés comme étrangers à la nation par les hindous radicaux.

Les chrétiens d’arrière-plan hindou sont constamment mis sous pression pour revenir à l’hindouisme, notamment par des campagnes connues sous le nom de Ghar Wapsi (retour à la maison). Ils sont souvent agressés physiquement, et parfois tués.

Exemples de persécution

1er septembre 2017 - 150 chrétiens réunis pour prier dans une maison de Dabli Rathan (État du Rajasthan) ont été assaillis à coups de bâtons par une cinquantaine d’extrémistes hindous.

15 juillet 2017 - Le pasteur Sultan Masih (47 ans) a été abattu par deux tueurs à moto devant l’église dont il était responsable à Ludhiana au Pendjab.

29 janvier 2017 - Alors que 90 chrétiens étaient réunis dans l’église de Dalli Rajhara, ville minière de l’État de Chhattisgarh, environ 300 hindous massés à l’extérieur ont frappé ceux qui osaient sortir, y compris les femmes et les enfants. L’église a été fermée sur ordre des autorités.