Iran

Toute activité chrétienne en langue farsi (persan) est illégale et les chrétiens d’origine musulmane sont sévèrement persécutés.

iran

Contexte

Lorsque l’Iran est devenu une république islamique en 1979, l’islam chiite est devenu religion d’État, et le clergé a pris le contrôle politique du pays avec la volonté d’étendre l’islam chiite au Moyen-Orient. L’Iran est dirigé aujourd’hui par le guide suprême l’ayatollah Ali Khamenei, et la charia s’applique à l’ensemble des lois. Les Perses (ou Iraniens de souche) ont l’obligation d’être musulmans. Le christianisme, considéré comme une influence occidentale, représente une menace pour l’identité islamique nationale et les chrétiens d’arrière-plan musulman ne sont donc pas reconnus.

Les minorités historiques arménienne et assyrienne bénéficient du droit de culte, mais la libre expression de leurs convictions religieuses, surtout en langue perse (farsi), est réprimée. Les autres Iraniens n’ont pas le droit d’entrer dans leurs églises, sauf si ce sont des policiers ou des agents des services secrets.

Les églises sont souvent contrôlées et la police secrète y fait des descentes: 193 chrétiens ont été arrêtés en 2016. Les détenus sont souvent maltraités physiquement ou psychiquement.

Sources de persécution

La principale source de persécution est l’extrémisme islamique.

Situation des chrétiens

Depuis 2005, la persécution des minorités religieuses s’est aggravée. Les chrétiens d’arrière-plan musulman investis dans une église de maison sont harcelés, interrogés, arrêtés, emprisonnés et parfois torturés. Ils subissent de fortes pressions de la part de la société, des autorités et de leur famille, afin qu’ils reviennent à l’islam.

Les musulmans iraniens, déçus du chiisme prôné par l’État, sont de plus en plus intéressés par le christianisme, et beaucoup deviennent chrétiens.

Exemples de persécution

1er novembre 2015 - 13 chrétiens ont été arrêtés dans une église de maison, à Varamin, près de Téhéran lors d’un raid opéré par les autorités. Un autre membre a été interpellé à son domicile, à Téhéran.

10 mars 2016 - Quatre chrétiens arrêtés en mars 2014 ont été jugés en appel pour «avoir répandu le christianisme». Ils ont vu leurs peines d’emprisonnement allongées. L’un d’eux, le pasteur Khaki, a été maltraité par ses codétenus.

17 septembre 2016 - Maryam Naghash Zargaran a été forcée de réintégrer la prison Evin à Téhéran, suite à la suspension de sa permission médicale. Son état de santé est inquiétant.