En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites. Voir notre utilisation des cookies. En savoir plus
Retour à la carte Retour à la liste
64px flag of morocco.svg
Dirigeant
Roi Mohammed VI
Population
36,6 millions
Nombre de Chrétiens
32 200
Religion principale
Islam
Gouvernement
Monarchie constitutionnelle.
Taux de persécution
violence
4,1
vie ecclésiale
14,1
vie civile
11,7
vie sociale
10,8
vie familiale
13,3
vie privée
12,4
Maroc

Si un chrétien parle de sa foi à un musulman, il risque d'être arrêté par la police. Les chrétiens d'arrière-plan musulman sont punis et perdent de nombreux droits.

Le Maroc est une monarchie parlementaire où le roi est à la fois chef politique et chef religieux. Le pays a ratifié plusieurs traités internationaux dans lesquels il s’engage en matière de respect des droits humains et de liberté religieuse mais la législation marocaine prévaut sur ces traités et, dans les faits, les minorités religieuses sont discriminées.

Situation des chrétiens

Le Maroc compte plusieurs dénominations chrétiennes. La plus importante est l’Église catholique. Beaucoup d’églises sont composées d’immigrés surtout dans les grandes villes. Il existe également une communauté de chrétiens marocains d’arrière-plan musulman.

Selon la loi, il est interdit « d’ébranler la foi des musulmans ». Tout chrétien qui parle de sa foi est susceptible d’être poursuivi en justice. Les chrétiens immigrés sont surveillés et risquent d’être expulsés s’ils enfreignent cette loi. Ceux qui défendent les droits des chrétiens sont pris pour cible par les islamistes radicaux. La loi punit le prosélytisme mais il y a d’autres moyens de faire pression sur les chrétiens d’arrière-plan musulman : retrait de leur droit à l’héritage, de la garde de leurs enfants, interdiction de donner à leurs enfants des prénoms chrétiens, d’être enterrés selon les rites chrétiens. Les chrétiens d’arrière-plan musulman sont souvent victimes d'abus physiques ou même sexuels de la part de membres de leur famille élargie.

À l’époque de l’Empire romain, il y avait déjà des chrétiens au Maroc. Ils ont été forcés de se convertir au VIIe siècle avec l’arrivée de l’islam. Au XIXe siècle, quand le Maroc est devenu colonie française, l’Église catholique s’est installée dans le pays et le protestantisme est arrivé à son tour en 1912.

Taux de persécution par domaine

La vie ecclésiale est limitée du fait des restrictions au partage de leur foi imposées aux expatriés et des difficultés qu’ont les convertis

à se rencontrer pour un culte. Ces derniers sont confrontés à l’opposition frontale de leur famille s’ils expriment publiquement leur nouvelle foi (baptême, mariages ou enterrements selon les rites chrétiens). Certains sont arrêtés, d’autres mariés de force à un conjoint musulman.

Géographie de la persécution

La population rurale pratique généralement une forme plus conservatrice de l’islam. Pour cette raison, la plupart des convertis d’arrière-plan musulman résident dans les zones urbaines, afin d’échapper à la pression tant sociale que familiale.

Autres groupes religieux persécutés

Bahaïs et musulmans chiites.

Les dernières actualités