Qatar

Dans ce pays dont la religion d’Etat est le wahhabisme, quitter l’islam est passible de la peine de mort.

Qatar_2008_0260007874

Contexte

Au Qatar, 80% des 2 millions d’habitants sont des travailleurs expatriés, et les 20% de Qataris bénéficient du plus haut PIB de la planète. Les étrangers sont généralement très peu considérés, alors que le travail forcé et la traite des êtres humains sont devenus des problèmes majeurs. Les travailleurs migrants se trouvent confrontés à la violence domestique, aux abus sexuels et à des conditions de vie déplorables.Le Qatar est une monarchie absolue où l’émir est à la fois chef de l’État et chef du gouvernement. Il n’y a ni système électoral, ni parti politique. Le wahhabisme, version stricte et puritaine de l’islam, est la religion officielle: le droit de la famille est d’ailleurs fondé sur la charia. Quitter l’islam pour une autre religion est considéré comme un crime passible de la peine capitale. Si les musulmans ont le droit de se réunir en public, les chrétiens ne peuvent se retrouver qu’en privé ou dans des espaces désignés par les autorités.

Sources de persécution

Au Qatar, la persécution découle d’une interprétation rigoriste de l’islam et d’un haut niveau de contrôle pesant sur la société.

La Constitution qatarie déclare que « chacun est libre de pratiquer ses rites religieux en conformité avec la loi et dans le respect de l’ordre public et de la moralité ». Dans les faits, les chrétiens se heurtent à des restrictions dans l’expression de leur foi.

Si un chrétien immigré est accusé d’avoir parlé de sa croyance à un Qatari, il sera expulsé et/ou son visa ne sera pas renouvelé.

Les chrétiens d’origine musulmane sont persécutés et doivent pratiquer leur foi dans le secret sous peine de graves persécutions familiales pouvant aller jusqu’à la mort. Cependant, depuis l’indépendance du pays en 1971, aucun cas d’exécution ou autre peine pour apostasie n’a été rapporté.

Situation des chrétiens

La plupart des chrétiens sont des immigrés. Il n’y a qu’une poignée de chrétiens qataris d’arrière-plan musulman.

La majorité des chrétiens immigrés sont catholiques (principalement originaires des Philippines), suivis de loin par les protestants (14 %) et par plusieurs autres groupes plus petits (anglicans, orthodoxes, etc.).

Les églises catholiques, anglicanes, orthodoxes, coptes et asiatiques sont légales, mais seuls les immigrés ont le droit de s’y rendre. En outre, pour qu’une église obtienne un statut officiel, elle doit compter au moins 1 500 fidèles. On dénombre plus d’une centaine d’églises de maison, en général tolérées par les autorités.