En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites. Voir notre utilisation des cookies. En savoir plus
Retour à la carte Retour à la liste
Turkmenistan
Dirigeant
Président Gurbanguly Berdimuhamedow
Population
5,9 millions
Nombre de Chrétiens
69 800
Religion principale
Islam
Gouvernement
Etat à  parti unique
Taux de persécution
violence
1,3
vie ecclésiale
15,1
vie civile
13,3
vie sociale
13,8
vie familiale
10,8
vie privée
14,6
Turkménistan

Le gouvernement verrouille la société turkmène: pas de liberté d’expression ou de liberté religieuse. Les services secrets surveillent les cultes.

C’est le pays d’Asie Centrale où l’État exerce le plus haut niveau de contrôle sur ses citoyens. Il n’y a ni liberté de religion, ni liberté d’expression. Les médias sont muselés et l’accès à l’information contrôlé. Aucun véritable parti d’opposition n’est autorisé. Au pouvoir depuis 2006, le président Berdymoukhamedov a développé un culte de la personnalité et se fait appeler « Arkadag » (protecteur).

Situation des chrétiens

Les chrétiens sont principalement issus des églises historiques et surtout de l’Église orthodoxe. On compte aussi 16 000 chrétiens issus d’églises non traditionnelles comme les évangéliques et 1000 chrétiens d’arrière-plan musulman.

Les services religieux sont surveillés. La publication et l’importation de littérature chrétienne sont fortement limitées. Ce sont les chrétiens d’arrière-plan musulman qui souffrent le plus, persécutés par l’État, leur famille, leur entourage et la communauté. Les églises qui ne sont pas enregistrées officiellement auprès des autorités font l’objet de descentes de police, de menaces, d’arrestations et d’amendes.

Le christianisme est arrivé au Turkménistan par les missionnaires nestoriens au IVe siècle. Au VIIIe, les chrétiens ont disparu après l’arrivée de l’islam et sont revenus au XIXe siècle dans le cadre des campagnes militaires russes. Leur présence s’est renforcée pendant la Deuxième Guerre mondiale avec l’arrivée de populations déportées de Russie. Lors de l’indépendance du pays dans les années 90, une Église turkmène composée d’autochtones a vu le jour.

Exemples de persécution

Avril 2018 - Une réunion de prière a fait l’objet d’une descente de police. Les personnes présentes, tous des chrétiens d’arrière-plan musulman, ont été arrêtées, emmenées au poste de police et interrogées pendant plusieurs heures. Après l’interrogatoire, elles ont toutes été relâchées, mais les membres du groupe sont sous la surveillance stricte de la police (le lieu et les noms sont tus pour des raisons de sécurité).

Janvier 2018 - Les responsables de 6 églises évangéliques écrivent au président Berdymukhammedov pour l’interpeller sur les restrictions imposées aux chrétiens. Tout en soulignant leur désir d’être de bons citoyens, ils regrettent de ne pas pouvoir exprimer leur foi librement. Depuis la loi de 2016 sur le réenregistrement obligatoire des églises, toutes les demandes des assemblées évangéliques ont été refusées sans explications. Par ailleurs, les chrétiens sont systématiquement harcelés.

Évolution de la persécution depuis 5 ans

Année après année, l’étau se resserre pour les chrétiens, qui bénéficient de moins en moins de liberté pour pratiquer leur foi. Ils subissent des pressions de la part de leur famille et de leur communauté. Un phénomène d’intolérance grandissante d’une société culturellement musulmane et conservatrice tend à rejoindre la persécution étatique.