Comores

L’islam est devenu religion d’Etat par référendum en 2009, entraînant des violations manifestes de la liberté de religion.

Contexte

comoresL’archipel des Comores est constitué de 4 îles : Grande Comore, Mohéli, Anjouan et Mayotte. Dans cet article, il n’est question que des trois premières îles car la dernière étant un département français, la situation y est différente.

L’archipel est majoritairement musulman, et en mai 2009, l’islam est devenu religion d’Etat par référendum, entraînant des violations manifestes de la liberté de religion. Dès lors, le code pénal interdit le droit d’expression à toute autre religion que l’islam.

Ces dernières années, les Comores ont joui d’une certaine stabilité politique. Cela a apporté aux chrétiens un sentiment de sécurité, l’Etat de droit étant plus respecté qu’à l’époque des coups d'Etat successifs. Il semblerait qu’aujourd’hui, les Comores soient touchées par une vague de modernité et de laïcité.

Cependant les chrétiens sont inquiets de la montée de l’islam radical qui va de pair avec celle qu’on observe en Afrique de l’est et dans d’autres parties du monde. Le gouvernement est très proche d’Etats radicaux du Golfe et du Moyen Orient.

Par exemple, l’influence politique et religieuse de l’Iran est très forte aux Comores. L’Iran fait pression pour imposer un code vestimentaire strict et pour que l’Etat lutte contre le christianisme. L’influence iranienne dans le pays remonte à Ahmed Abdallah Mohamed Sambi, l’ancien président des Comores arrivé au pouvoir en mai 2006. C’était un religieux et un homme d’affaires qui a étudié la théorie politique islamique en Iran, un proche du président iranien Mahmoud Ahmadinejad. En 2006, les deux hommes ont passé des accords bilatéraux dans le domaine économique, celui de la recherche, de la technologie et de l’information. Depuis, les deux pays ont des affinités culturelles et politiques et ont gardé des relations étroites.

Sources de persécution

Dans ce pays, les chrétiens souffrent de l’extrémisme islamique. Le totalitarisme, qui est lui aussi facteur de persécution, est également présent dans le pays. Aux Comores, les chrétiens subissent de fortes pressions quant à l’exercice de leur foi. Les étrangers ont le droit de pratiquer mais la liberté d’expression de leur croyance est restreinte. S’ils en parlent à des Comoriens, ils risquent d’être expulsés.

Si un musulman se convertit au christianisme, cela peut le conduire au tribunal. C’est pourquoi les chrétiens d’origine musulmane se réunissent dans des églises « souterraines », c'est-à-dire de manière secrète. De nombreux chrétiens malgaches vivent et travaillent sur les îles. Comme ils sont étrangers, ils ont le droit de former des églises, mais ils sont tout de même soumis à des restrictions concernant la liberté d’expression de leurs convictions religieuses.

Les persécutions les plus graves proviennent des groupes suivants :

  • les fonctionnaires du gouvernement,
  • les citoyens ordinaires (la société dans son ensemble),
  • les chefs religieux.

D’autres groupes sont à l’origine de persécutions, mais plus rarement :

  • les chefs de tribus,
  • la famille élargie.

Informations sur la minorité chrétienne

  • On compte à peu près 3 300 chrétiens répartis sur les trois îles de Grande Comore, Mohéli et Anjouan.
  • Les chrétiens d’origine musulmane n’ont pas le droit d’avoir leurs églises, les chrétiens issus de l’immigration doivent faire attention et éviter de se réunir ou d'afficher ouvertement leur foi chrétienne car cela n’est pas toléré. 
  • Les églises locales sont surveillées par les autorités, c’est pourquoi les locaux ont peur de s’y rendre. La police veille et interroge de près les étrangers pour s’assurer qu’ils ne font pas entrer de littérature chrétienne dans le pays.
  • Un des plus grands défis des chrétiens d’origine musulmane (la plupart sont des hommes) est le mariage. Les Comores étant une société matriarcale, le marié emménage dans la famille de sa femme, ce qui rend la situation des maris chrétiens encore plus difficile. Cela peut se révéler une énorme source de pression pour les chrétiens.