Indonésie

Le nouveau président a promis plus de libertés pour les minorités religieuses.

IndonésieContexte

L’Indonésie est connue pour son interprétation tolérante de l’islam et pour la capacité qu’ont les différentes religions à cohabiter. Cette image a été quelque peu ternie ces dernières années par l’ancien président qui est resté silencieux face aux attaques menées contre des minorités religieuses.

M. Joko Widodo, le nouveau président a annoncé publiquement que les minorités ont toute leur place dans le pays et qu’il y veillerait. Certains signes sont encourageants : le nouveau ministre de l’Intérieur a annoncé que les adeptes des croyances indigènes sont aujourd’hui libres et ne doivent plus, sur leur carte d’identité, choisir une des 6 religions officiellement reconnues.

Cela a suscité l’espoir de plus de liberté pour la minorité chrétienne. Mais ce genre de politique, qui déplaît aux islamistes, risque de les pousser à l’action.

L'Indonésie connaît de profondes tensions entre religions, dont les principaux instigateurs sont des mouvements islamistes extrémistes comme Hizb-ut-Tahrir, le Front de Défense Islamique (FPI) et le Front Islamique. Il existe des groupes djihadistes comme Jamaah Anshorut Tauhid (JAT) qui s'en prennent aux minorités.

Ces groupes, même s'ils n'ont qu'une faible représentation politique, sont très puissants et parviennent à influencer l'opinion publique en diffusant leur message dans les rues. Lorsque des églises sont fermées, c'est la plupart du temps par décision du gouvernement local ou régional qui cède aux pressions populaires.

Source de persécution

La persécution qui touche les chrétiens en Indonésie est générée par l’extrémisme islamique principalement et par un nationalisme religieux assorti d’un problème de corruption organisée.

Ce sont les chrétiens d’origine musulmane qui sont les plus touchés. Certaines églises ont beaucoup de mal à se faire enregistrer officiellement auprès des autorités, alors même qu’elles remplissent les critères imposés. C’est surtout le cas dans les régions où l’islam est très présent. En revanche, les musulmans n’ont aucun mal à construire de nouvelles mosquées. Même quand une église est en règle, les autorités locales peuvent facilement lui retirer son autorisation.

La corruption organisée est largement répandue à tous les niveaux de l'administration indonésienne, ce qui a évidemment des conséquences pour toute la population, mais les chrétiens sont particulièrement visés en tant que minorité qui refuse de participer à ce système et s'y oppose même souvent.

Informations sur la minorité chrétienne

  • Officiellement, les chrétiens représentent environ 10% de la population d'après le dernier recensement mené par le gouvernement en 2000. Toutefois, le véritable chiffre serait plutôt autour de 16%, dont environ un tiers de catholiques.
  • Les Portugais sont arrivés en Indonésie en 1511, en quête du Nouveau Monde et d'épices exotiques. Leur point d'arrivée était l'archipel des Moluques, à l'Est du pays. Les Portugais ont importé le catholicisme, la plus ancienne dénomination chrétienne présente en Indonésie. Sans surprise, le christianisme est très présent dans les provinces orientales alors que les provinces centrales et occidentales sont plus fortement musulmanes. Des missionnaires néerlandais sont arrivés en Indonésie autour du 17ème siècle. Ces missions ont donné naissance à de nombreuses églises ethniques.