Irak

Les territoires repris à l’organisation État Islamique et les efforts entrepris pour reconquérir la ville de Mossoul font renaître l’espoir pour la communauté chrétienne réfugiée au Kurdistan. Mais l’insécurité ambiante freine leur retour chez eux.

Contexte

irak

Alors que le Premier ministre a annoncé en décembre 2017 la défaite du groupe terroriste État Islamique, toutes les problématiques occultées par l’effort militaire risquent d’apparaître au grand jour dans l’Irak de « l’après-Daech ». Lutter contre l’idéologie extrémiste qui s’est diffusée dans la société et contre le phénomène de radicalisation (symbolisé par l’émergence du groupe Khorazan qui attire certains anciens membres d’Al-Qaïda), constituera un défi de taille.

Parallèlement à cette menace, les minorités chrétiennes risquent d’être les victimes du grand jeu d’influence et de contrôle pour les territoires libérés par différentes milices, comme l’illustrent les tensions autour du référendum kurde depuis septembre 2017.

Situation des chrétiens

Les chrétiens vivent dans ce pays depuis 2000 ans, et l’Irak comptait l’une des plus importantes communautés chrétiennes au Moyen-Orient avant 2003. 80 % de la population chrétienne a fui le pays depuis 1990.

Les chrétiens d’arrière-plan musulman gardent souvent leur foi secrète face à la pression de la famille et des chefs de clans.

Daech n’a pas le monopole de la persécution des chrétiens. Une myriade de milices et de groupes extrémistes les menacent, tandis que la législation nationale est toujours basée sur la charia. On dénombre environ 7000 extorsions de propriété de chrétiens à Bagdad depuis 2003.

Exemples de persécution

21 novembre 2017 - Karlus, un chrétien irakien détenu par Daech et qui a pu s’échapper en Jordanie, raconte comment il a été torturé et abusé sexuellement.

27 août - La chrétienne Rana Esso a été libérée dans les faubourgs de Tal Afar et remise à sa famille après avoir été détenue trois ans par l’organisation État Islamique.

19 juin 2017 - Un bilan précis établi à Karamles a recensé les dommages causés depuis 2014 à l’encontre des familles chrétiennes : 797 maisons totalement incendiées, 97 réduites à néant.