L’Index Mondial de Persécution des Chrétiens 2018 montre que la persécution a encore augmenté. Si l’islamisme reste la principale cause de persécution des chrétiens, la montée des nationalismes religieux ou idéologiques constitue une sérieuse menace.

En Corée du Nord (n°1), la population subit la surveillance absolue de l’État. Pour un chrétien, échapper aux camps d’internement ou à la torture relève de l’exploit… Il existe pourtant une Église souterraine estimée à 300 000 personnes !

En Afghanistan (n°2), la pression exercée sur les chrétiens est tout aussi inimaginable. « Les extrémistes islamiques posent une seule question : Veux-tu te joindre à nous ? Si la réponse est non, c’est le sabre », dit une source locale. 21 chrétiens afghans ont été tués en 2017.

En Somalie (n°3), les chrétiens sont considérés comme des traîtres. 23 d’entre eux ont été mis à mort par les autorités ou même par leur famille l’an dernier.

Au Soudan (n°4), le gouvernement islamique proclame « une religion, une culture et une langue ». Aucun espace de liberté n’est laissé aux chrétiens. 27 églises ont été promises à la démolition en 2017. D’autres églises et écoles chrétiennes ont été expropriées.

Le Pakistan (n°5), avec 168 églises ciblées par des attaques en 2017, reste le pays le plus violent à l’encontre des chrétiens, qui vivent déjà sous la menace de la loi anti-blasphème.

Le Népal et l’Azerbaïdjan entrent dans l’indexAlors que le Népal et l’Azerbaïdjan font leur entrée sur la liste des 50 pays où les chrétiens sont le plus persécutés, deux pays d’Afrique en sortent : les Comores, où la condition des chrétiens reste cependant critique, et la Tanzanie, où la situation des chrétiens s’améliore.