Il y a 11 ans, Bahar (pseudonyme) menait une existence paisible: mère de cinq enfants, elle en attendait un sixième. Puis l’impensable est survenu. Son mari, chrétien comme elle, est tombé gravement malade: un cancer de l’estomac l’a emporté malgré les prières de sa femme et les soins médicaux. Bahar aurait dû être soutenue par les autres villageois. Mais dans cette région d’Asie Centrale, les chrétiens sont des citoyens de second rang. Malgré la pression des mollahs, le mari de Bahar est resté fidèle au Christ et a dû être enterré en cachette loin de son village. Quant à sa veuve, elle a été menacée et chassée.

Dieu n’abandonne pas les siens


Bahar en 2011 avec son sixième enfant

Bahar est passée par un bref moment de doute: «Dieu était-il toujours maître de la situation? Veillait-il sur nous en tant que famille?» Mais elle s’est vite ressaisie:

«J’ignore quel sera l’avenir, mais Dieu prendra soin de nous.»

Et l’avenir lui a donné raison. À l'époque, un pasteur, partenaire de Portes Ouvertes l’a aidée à louer un logement pour sa famille, avec un jardin pour cultiver des légumes. 11 ans plus tard, Bahar occupe toujours ce logement. Grâce à vos dons, Portes Ouvertes lui fournit du charbon pour cet hiver, et une aide médicale suite à un accident qui l’a clouée au lit pendant plusieurs semaines.

En cette nouvelle année, que notre foi reste inébranlable, comme celle de Bahar et de beaucoup de chrétiens d'Asie Centrale, quelles que soient les circonstances.