Il aura fallu 10 ans... des années de lutte judiciaire pour être enfin reconnues comme victimes et indemnisées. Chacune de ces 14 chrétiennes avaient perdu son mari lors des émeutes antichrétiennes d'Odisha (à l'époque Orissa) de 2008. Le collectif qui les défendait se réjouit de cette victoire : 

« Aujourd'hui, justice a été rendue aux victimes de la persécution religieuse en Inde. Nous saluons la décision de la Haute Cour d'indemniser les familles qui ont souffert sous la violence de Kandhamal, il y a près de dix ans. »

Le tribunal a aussi obligé le gouvernement d'Odisha à mettre à disposition plus de 153 millions de roupies (2,28 millions de dollars) pour indemniser environ 6 000 personnes ayant perdu des membres de leur famille, blessé ou perdu leurs maisons lors de ces mêmes émeutes.

Retour sur les faits

En août 2008, près de 100 chrétiens ont été tués suite au meurtre du leader hindou Swami Laxmanananda Saraswati à Kandhamal. Les fondamentalistes s’en sont pris aux chrétiens locaux, en détruisant leurs propriétés et, sous la torture, en les forçant à renier leur foi.

Lors des émeutes, 6 000 habitations de chrétiens et 300 églises ont été pillées puis incendiées. Au total, plus de 56 000 chrétiens ont été déplacés.

Photo : 56 000 chrétiens avaient été déplacés © Anto AkkaraPhoto : 56 000 chrétiens avaient été déplacés ©Anto Akkara

Reconstruire la communauté

Les émeutes de 2008 ont considérablement marqué la communauté chrétienne de Kandhamal. Plusieurs familles, ayant tout perdu, ont dû habiter en forêt pendant des mois. Portes Ouvertes, au travers de ses partenaires locaux, avait lancé un projet d'aide d'urgence puis, un soutien socio économique pour réhabiliter des villages et habitations. Voir la vidéo 'la joie après les larmes'